Guide de bonne entente à l’usage des heureux parents et des joyeux non-parents

Les invités 6 mars 2012 72
Guide de bonne entente à l’usage des heureux parents et des joyeux non-parents

Ah les enfants ! Ces petits miracles blonds en sucre d’orge conçus dans la joie, l’amour et l’entente cordiale des parents (et non pas parce que Maman avait couché avec Jean-Bernard après 18 double Gin-tonic en confondant la capote avec un sac Ziploc) ! Ah qu’on les aime ces angelots potelés avec leur morve couleur soleil et leur odeur de prout et de lait caillé niché au creux du cou tel un Chanel N.5 du pauvre !

Évidemment, la vérité est ailleurs (oui, comme dans X-Files) : si en règle générale, il nous vient naturellement d’aimer nos propres enfants, nous ne pouvons forcer cette admiration et cet émerveillement sur notre entourage.

Moi j’aime tout le monde : les parents volontaires, les accidentels, les non-parents qui veulent des enfants, ceux qui n’en veulent pas, ceux qui en voudraient mais ne peuvent pas, ceux qui en ont mais n’en veulent plus.

Parce que j’en ai marre d’entendre « Mais dis donc cette connasse, elle aurait pas mieux fait de congeler son gosse ? » ou encore « Cette égoiste de Cassandra, elle ferait mieux de penser à fonder une famille au lieu de claquer son salaire en Jeffrey Campbell, sinon elle va mourir seule mangée par ses chats ! », je vous propose qu’on essaye tous de vivre dans la paix et l’harmonie grâce à cette liste (non–exhaustive) recommandations simples.

Pour les parents :

1) Je ne partagerai pas tous les problèmes intestinaux de mon enfant avec mon entourage.   Votre enfant a fait caca après 5 jours de constipation : c’est bien.Le monde a-t-il besoin de le savoir ? Non.

2) Je ne prononcerai pas la phrase « Tu verras quand tu auras des enfants ». En plus d’être paternaliste, c’est vraiment le genre de truc qui va vous faire  passer pour une rombière mal baisée. Et même si c’est vrai (damn you épisiotomie), ce n’est un bon look pour personne.

3) Quand je sors avec des amis, je ne passe pas mon temps à envoyer des sms à mon mec pour savoir si le petit a bien roté ou à appeler la baby-sitter toutes les 5 minutes en se demandant si une horde de phacochères a kidnappé Barnabé pour le revendre à la mafia russe.

4) Je ne penserai pas que parce que mon amie n’a pas d’enfant, ses problèmes sont moins importants que les miens : votre enfant a la varicelle et 45 de fièvre, certes, mais vous pouvez quand même concéder que Jean-Cyril est un connard sans couilles.

5) Je n’imposerai en aucun cas mon enfant à mes amis s’ils ne veulent pas les voir : c’est en effet difficile à concevoir que vos proches n’aient pas envie de se farcir votre enfant lors d’une session shopping où vous passerez votre temps à le traîner en hurlant « NE METS PAS TES CROTTES DE NEZ SUR LE SAC VUITTON DE LA DAME ! », mais c’est malheureusement la stricte vérité.

Pour les non-parents :

1) Je serai un peu hypocrite s’il le faut : contrairement à ce que l’on pourrait croire, cela n’a jamais fait de mal à personne. Sous couvert d’honnêteté, on peut parfois sortir les pires horreurs (« Écoute, comme tu es ma meilleure amie, il faut que je sois honnête avec toi : ta fille a vraiment un gros nez »). Or, l’enfant reste un sujet délicat : vous n‘êtes pas obligés d’en faire des tonnes, mais votre ami(e) vous dit « Il/Elle est mignon(ne), hein ? », répondez TOUJOURS « Oui ».

2) Je ne présumerai pas que parce que mes amis ont des enfants, c’est la fin de toute dignité. Le monde n’est pas un forum Doctissimo : toutes les femmes n’appellent pas leurs compagnons leurs « zhoms » et sont tout à fait capables de prononcer le mot « gynécologue » sans le raccourcir en « gygy ».

3) Je ne bitcherai pas derrière le dos de mon amie nouvellement mère : « Oh, tu sais, Gisèle, depuis qu’elle a des gosses… ». Acceptez qu’avoir un enfant est un grand changement et qu’il y a un temps d’adaptation et surtout, n’ayez pas peur d’avoir une discussion franche si vous pensez que votre amitié en prend un coup.

4) Je serai réaliste : « Comment ça tu peux pas aller 3 jours à Goa pour faire de la sculpture sur pipe à herbe ? ». Un petit thé avec des Delichoc pendant que bébé dort, c’est pas mal non plus.

5) Oui, les enfants font parfois du bruit dans le train : DEAL WITH IT.

A propos de notre invitée : Misfit. 

Expatriee en Perfide Albion depuis 6 ans, je suis l’heureuse propriétaire d’une merveilleuse petite fille bouclée de 3 ans et d’un mari végétarien anglais trés beau. Je travaille dans la communication, je suis passionnée de rock, de cuisine (celle qui fait grossir) et de gin&tonic. J’interviendrai dans la rubrique Parents avec mon expérience plutôt que mon expertise et mes aventures sont sur http://www.fittinginwiththemisfits.com/

72 Comments »

  1. Aurore Olympe 6 mars 2012 at 16 h 05 min - Reply

    Pour le train, je suis navrée, c’est non : I can’t deal with it ! De la même manière que je fais une remarque à une personne mal-élevée faisant participer à tout le wagon, de la même manière les gosses et les parents sont des nuisances sonores que personne n’est obligé de subir ! Ce n’est pas un poulailler mais un train !
    Pour le reste, bah c’est tout simple, il suffit de supprimer les parents de la liste Facebook et ils vivent avec leurs bétises/problèmes existentiels/vie.
    Bref, tu l’auras compris, je ne me plierai pas à la dictature du politiquement correct, uniquement de la politesse dans la limite du savoir-vivre (autrement dit, il est plus simple d’éviter les parents pour annuler tout litige avant l’heure :) quitte à recevoir une remarque « Tu ne m’invites plus ? »/ »Tu n’es pas libre ? Encore ! ») Et il est particulièrement jouissif de pouvoir claquer son argent dans des Nicolas Kirkwood/voyage/bouquins/ciné/resto que l’on a le temps et le bonheur de pouvoir porter en toutes occasions/lire/profiter ! :)
    A chacun sa définition du bonheur !

    • Marion 6 mars 2012 at 16 h 12 min - Reply

      Pour le train, je ne peux non plus pas dealer with it, surtout depuis le jour où j’ai eu les jeux sur la DS avec le son mais sans le casque. Depuis j’essaie tant que je peux de prendre le train très tard. Mon Paris Lyon de 22h du vendredi soir est génial pour ça, que des jeunes avec des ordis portables et des casques, chacun regarde sa série, bouquine, ou attaque sa nuit tranquillement.

  2. Zée 6 mars 2012 at 16 h 16 min - Reply

    Déjà j’ai pas compris le point 3 pour les parents, j’ai relu 4 fois, je comprends pas la phrase … (conne sûrement je suis …)
    Sinon j’suis pas d’accord sur le point 1 des non-parents … Alors certes il faut mettre les formes, mais dire « ouh qu’elle est jolie cette petite fille » alors qu’on n’en pense pas un traitre mot … c’est nul … et ça se sent … autant trouver un autre argument, dire qu’elle a un joli body ou une connerie dans le genre pour faire un compliment, mais pas mentir !!! Argh …

  3. misfit 6 mars 2012 at 16 h 19 min - Reply

    Han mais je vous trouve dures! Moi non plus j’aime pas les gosses qui hurlent mais je parle d’un niveau sonore normal, genre dès que ton gosse parle, 1000 paires d’yeux se retournent alors que des centaines de connards nous emmerdent avec leurs conversations téléphoniques. On a tous été des gamins et ils ont droit de se déplacer aussi.

    Ca m’enerve vraiment cette diabolisation, on est en société, il faut vivre en tant que tel.

    • Marion 6 mars 2012 at 16 h 59 min - Reply

      Le souci non parents/parents c’est qu’on a pas sensiblement la même tolérance au bruit je crois.^^ Moi je n’ai aucune tolérance au bruit dans les trains, qu’il s’agisse du relou qui parle au téléphone fort, ou des gens qui laissent le son fortement déborder de leurs écouteurs (de préférence une musique qui tape bien). C’est mon côté vieille fille un peu trop à cheval sur la politesse, du coup je m’arrange depuis peu pour prendre des trains que je sais être assez vides la plupart du temps. (le must étant le billet prems en première place isolée)

      Mais le pire que j’ai eu, mon petit traumatisme à moi, c’était les 3 enfants qui chantaient des comptines en canon, très fort, un TGV de 14 juillet. Faut savoir que je suis quelqu’un qui râle en silence, et je suis beaucoup trop gentille pour faire une réflexion, donc j’ai rien dit et poursuivi ma (vaine) lecture. Mais qu’on ne vienne pas me dire que des enfants qui chantent à plusieurs dans un TGV plein à craquer c’est normal (même si plein de gens vont trouver ça très mignon) !

      En fait ce qui dérange les non parents, c’est pas les enfants, ce sont les incivilités et le non respect de l’espace vital des autres (et en général ce sont pas les enfants les responsables). Qu’ils jouent, qu’ils parlent, d’accord, tout le monde a le droit de vivre et on fait un peu tous ce qu’on peut (enfin quasi tous) pour vivre sans trop empiéter les autres mais pas qu’ils me filent des coups de pieds dans le tibia sans que la mère qui les surveille intervienne, ou qu’ils jouent à des jeux DS dans un espace clos, avec le son (fort) et sans le casque. Les accidents, les impondérables pleurs et cris, les imprévus car ce sont des gosses, oui, j’accepte, mais les laisser faire ce qu’ils veulent non :)

      • misfit 6 mars 2012 at 18 h 51 min - Reply

        En Angleterre, il y a des wagons « quiet » pour les gens qui veulent du calme, c’est d’ailleurs celui que je prends quand je voyage seule, ca n’existe pas en France? (je ne me souviens plus)

        • Marion 7 mars 2012 at 9 h 18 min - Reply

          Il y a des IDTGV mais c’est loin de concerner tous les trains…(France, train de retard…)

        • Mogore 7 mars 2012 at 9 h 40 min - Reply

          Je n’irais pas dans le wagon spécial familles de la SNCF, me retrouver avec les enfants (forcément) mal-élevés des autres, non merci.

  4. Julie 6 mars 2012 at 16 h 26 min - Reply

    Merci de dire enfin ce que je pense tout bas depuis maintenant 3 mois (depuis que j’ai consulté une fois le forum de discussion sur la grossesse de doctissimo)! Non toutes les « en cloque » ne disent pas « mon gygy hihi » pour parler de leur gynécologue! Du coup j’en profite pour faire une proposition: pourquoi ne pas leur retirer le droit de vote? Voire les allocations familiales? (ça va je propose c’est tout!) sinon, pour le reste, vu que je passe dans la case parents dans moins de 6 mois, je crains de n’être déjà passée du côté obscur de la force!

  5. misfit 6 mars 2012 at 16 h 27 min - Reply

    Les points 2 et 3 « pour les parenrs » vont ensemble, ils ont été séparés lors de l’édition.

    • Marion 6 mars 2012 at 16 h 33 min - Reply

      C’est corrigé !

  6. Flora 6 mars 2012 at 16 h 35 min - Reply

    Mouais… la diabolisation des enfants ou de ceux qui font le choix de ne pas en faire…

    Bon, le fait que l’auteure de l’article soit un parent modifie quelque peu la perception de certaines choses hein :x

    Et pour finir : Childfree Power ;)
    Merde, y en a marre de se cacher.

    • ingrid 7 mars 2012 at 9 h 41 min - Reply

      Pas tant que ça, parce qu’avant d’être parents on a été non-parents… certains parents sont même des « no-kids ever » repentis.

      • Flora 7 mars 2012 at 10 h 49 min - Reply

        Oui, je sais, il parait que je vais changer d’avis

      • Flora 7 mars 2012 at 10 h 50 min - Reply

        Oui, je sais, il parait que je vais changer d’avis « rire gras »

        • Aurore Olympe 7 mars 2012 at 15 h 58 min - Reply

          il paraît, parce que l’on n’est pas capable de vivre sans/s’accomplir sans/résister à ses pulsions/parce qu’il le faut. Rayez les mentions inutiles. Avoir le droit/le choix de mener sa vie comme on l’entend ne semble pas être de ce siècle…

          • Lily 2 avril 2013 at 10 h 49 min -

            Juste BRAVO! (et merci!) ;)

  7. Tessa 6 mars 2012 at 16 h 39 min - Reply

    Qui a diabolisé les gens qui font le choix de ne pas avoir d’enfants?

    • chaosnail 1 mai 2012 at 12 h 29 min - Reply

      heu… tout le monde. exemple: alors que je venais d’avoir vingt ans, j’ai travaillé quelque part où mes quatre collègues avaient toutes eu au moins un gosse, même celle qui avait mon âge (et en avait deux). ça a été quatre mois de « et toi, tu t’y met quand? » quand je leur disais que je supporte pas les gosses et que je refuse catégoriquement de me faire dilater l’utérus pour un gnard bruyant, bavant, pas fini et dont l’ingratitude le poussera quinze ans plus tard à me cracher à la figure sous prétexte de crise d’adolescence en réclamant un scooter, j’avais droit à des regards scandalisés et des « mais c’est mignon les enfants, tu verra, tu en voudra toi aussi, et puis c’est normal, c’est naturel pour une femme, tu en aura FORCEMENT » ou pire « si tu n’en veux pas c’est que tu as un problème, tu as pensé à voir un psy? » « tu as des soucis avec tes parents, toi… »

      NICE. donc oui, on diabolise les femmes qui n’en veulent pas, parce que la société ne supporte pas qu’on veuille ne pas incarner la mère nourricière avec quatre marmots à chaque mamelle qui incarne la patience, la douceur et l’amour (bref tout ce que je ne suis pas).

      bref bref, personnellement, j’en prend pas mal dans la figure. personnellement je ne supporte pas les enfants, mais je n’empêche personne de procréer tant qu’on m’emmerde pas avec. car, comme je le dis toujours, chacun fait ce qu’il veut tant qu’il embête personne, et les enfants mal élevés m’emmerdent profondément.

  8. misfit 6 mars 2012 at 16 h 40 min - Reply

    Ca modifie forcément la perception des choses mais je ne vois pas pourquoi on devrait constamment confronter parents/non-parents. Je ne supporte moi-meme pas plein de comportements excessifs chez les parents et je respecte et ne juge pas les gens qui ne veulent pas d’enfants, chacun fait ce qu’il veut.

  9. Flora 6 mars 2012 at 16 h 45 min - Reply

    Je suis tout à fait d’accord.
    Pour la tolérance et le respect du choix de chacun.

    Malheureusement, c’est assez rare dans la vraie vie de tous les jours.

  10. Cib 6 mars 2012 at 17 h 00 min - Reply

    Moins radicale qu’Aurore Olympe (peut-être parce que la plupart de mes amis n’ont pas encore d’enfants), mais je suis entièrement d’accord avec elle : du boucan de morveux dans le train c’est niet. Si le bébé pleure tu l’emmènes faire un tour entre deux wagons, plus âgé c’est le moment ou jamais d’inculquer le respect de l’autre. Mêmes limites sonores que pour les adultes, sinon tu prends la bagnole.
    Pour les autres recommandations, ça marche.

    • Cib 6 mars 2012 at 17 h 08 min - Reply

      Arf, misfit, ton commentaire était pas affiché. Mais le « deal with it » est un peu rude, quand on entend certains mômes. Comme dit Marion, on a pas tous les mêmes limites.

      • misfit 6 mars 2012 at 18 h 14 min - Reply

        Oui, je sais bien que c’est dit de facon rude mais c’etait plutot une touche humoristique qu’une vraie recommandation. Je comprends completement qu’on ait pas envie de se taper les cris des enfants des autres, je suis pareille.

  11. Mogore 7 mars 2012 at 9 h 42 min - Reply

    « Je n’imposerai en aucun cas mon enfant à mes amis s’ils ne veulent pas les voir. »

    -> mais faut qu’ils le disent, aussi. S’ils continuent à faire semblant de le trouver mignon, comment on devine ?

    (l’exemple du shopping est le genre de choses que je ne ferais pas avec mon enfant, parce que ça va ME gonfler de répéter 500 fois la même chose).

  12. Fantômette 7 mars 2012 at 10 h 08 min - Reply

    Personnellement, je suis quelqu’un d’extrêmement tolérant (même trop probablement) mais c’est vrai que j’ai un problème avec les personnes de tout âge dans le train.

    Il n’y a pas que les gens qui parlent dans le portable qui sont pénibles.

    Ceux qui tournent les pages d’un journal ou d’un magazine HYPER bruyamment, par exemple, ne montrent pas non plus beaucoup de respect pour leur prochain, je trouve.

    Une fois, pendant tout un trajet Paris-Angoulême, il y avait un type, au fond du wagon, qui reniflait périodiquement, BON SANG, j’ai cru que j’allais lui arracher la tête.

    Je l’ai dénoncé au contrôleur qui n’a rien fait, évidemment, trop occupé qu’il était à hurler toutes les trois secondes: « VOS BILLETS S’IL VOUS PLAIT ».

    EST-CE TROP DEMANDER AUX PERSONNES ENRHUMMEES DE PENSER A PRENDRE UN MOUCHOIR?

    Ou encore mieux, qu’elles prennent la voiture.

    Et ceux qui regardent un film sur leur tablette, ou leur téléphone, n’en parlons pas. Genre. Comme si elles étaient seules sur terre. Probablement élevés dans une famille de loups, j’imagine. Et que je tripatouille mon écran, le contrôle de volume, et que j’étouffe des petits rires, et que je fais bouger le dossier du fauteuil de devant.

    MAIS QUEL MÉPRIS POUR LA TRANQUILLITÉ DES AUTRES.

    Qu’elles prennent leur voiture, enfin, si c’est pour se tortiller en permanence.

    Et ceux qui vont aux toilettes, qui passent dans les couloirs, comme ça tranquillement, comme si ça ne dérangeait pas tous ceux qui sont assis côté couloir? Elles ne pouvaient pas prendre leur précaution AVANT? Il n’y avait plus de vécé Gare Montparnasse?

    Et ceux qui pique-niquent, ou qui boivent, comme si elles étaient au beau milieu d’un champs, à la campagne? Evidemment, jamais capables de ne pas faire du bruit en mangeant. Quand elles mangent à peu près en silence, elles froissent leurs emballages pendant des heures, et des heures, et des heures.

    Et, bien entendu, on ne peut pas faire UNE SEULE REMARQUE sans se prendre une réflexion aigrie.

    Je ne sais pas, je dois être une des dernières personnes normales qui prend le train, je ne vois pas d’autres explications.

    • Eve.G 7 mars 2012 at 12 h 44 min - Reply

      @ Fantomette : LE PIRE c’est les gens qui dorment dans le train. Ils sont moches avec leur bouche ouverte et en plus ils font plein de petits bruits.
      C’est un scandale.

      • Fantômette 7 mars 2012 at 16 h 48 min - Reply

        Complètement d’accord, je ne comprends pas les personnes qui s’endorment sans gêne, comme si elles avaient fait ça toute leur vie. C’est parfaitement incongru, et extrêmement gênant pour les personnes qui les ont dans leur champ de vision. Je ne sais pas comment il faut leur dire, l’une d’entre elles, à qui je faisais remarquer son indélicatesse – très courtoisement pourtant – m’a répondu très grossièrement. Quand on a sommeil, on dort dans un lit, pas dans un wagon SNCF. Je ne vois pourtant rien de compliqué dans cette règle de savoir-vivre.

        • Maéva 8 mars 2012 at 19 h 10 min - Reply

          Je t’en supplie, dis-moi que c’est du second degré…

      • Enzy 20 mars 2012 at 15 h 00 min - Reply

        Et en plus des fois ils osent baver !

  13. Nicholas 7 mars 2012 at 10 h 08 min - Reply

    Rhô la violence de certaines réponses ! Pourtant, je suis tatillon sur le bruit dans le train, le resto et je suis pas vraiment client des mômes de l’appart du dessus qui s’entraînement intensivement pour le championnat du monde de trampoline sur parquet. Je suis aussi vaguement pédophobe et le dernier à m’extasier à l’arrivée d’un nourrisson dans la pièce. Et je ne parle pas des potes néo-parents qui voient leur vision du monde brutalement se resserrer à leur progéniture, qui – soyons clairs – empiète sévèrement sur votre vie sociale.
    Mais certains commentaires, on frise le point Godwin, quand même. Objectivement, vous voudriez quoi ? Enfermer les mômes jusqu’à ce qu’ils soient en âge de faire le trajet sous la barre des 50dB ? Bah non, c’est justement en les faisant voyager et voir du monde qu’on en fera des gens intéressants. L’éducation, quoi.
    Evidemment, ça n’occulte pas les questions d’éducation. Au contraire. Et je doute que ce soit le propos ici. Mais c’est pas en restant à la cave que le gamin apprendra à vivre en société.

    Et accessoirement, on trouve à tous les budgets des casques bien isolants, qui vous permettront de voyager sereinement dans 95% des cas.

    • Mélanie 7 mars 2012 at 17 h 49 min - Reply

      Le fait est que c’est aux parents d’éduquer leurs enfants, et pas à nous de nous adapter à leurs carences sur ce sujet…

      Nombre d’enfants sont bien élevés et capables de fermer leur bouche (ou de parler doucement) dans un train. On ne leur demande pas de ne pas exister, juste d’avoir un minimum de respect.

      Cela dit, quand on entend les parents, on comprend souvent pourquoi les enfants sont ce qu’ils sont. Il faut croire que le manque de respect doit être héréditaire…

      • Fantômette 7 mars 2012 at 19 h 57 min - Reply

        Exactement, Mélanie, je suis d’accord.
        Il faudrait d’abord que les adultes prennent leurs responsabilités quand on voit le sans-gêne de certains (qu’ils soient parents ou non, ça n’est pas la question).
        Sous prétexte qu’on aime bien – c’est vrai – être tranquille dans le train, on doit subir les réflexions désagréables des malpolis de toutes sortes, dès qu’on leur fait gentiment remarquer que leur comportement dérange tout le monde (par exemple ceux qui écoutent leur musique trop fort dans les lecteurs MP3 aussi. Alors ça, ça m’énerve. Quand est-ce que les gens comprendront que la musique, ça s’écoute dans des salles de concert qui sont SPÉCIALEMENT prévues pour ça, ou à l’extrême limite, chez eux, si c’est bien insonorisé? On attend quoi, que tout le monde soit devenu sourd?).
        Et puis, j’aime beaucoup votre remarque, qui est très juste: ce n’est tout de même pas à NOUS de nous adapter, ou de prendre notre mal en patience! Au nom de quoi, d’abord? N’a-t-on pas le droit de voyager dans le calme et la tranquillité?
        Je veux bien être tolérante (je ne le suis déjà que trop) mais il y a des limites.
        Pour les enfants, j’avais dans l’idée qu’il faudrait encourager les parents à leur donner des calmants (évidemment adaptés à leur âge) avant de prendre le train. Ils dormiraient tranquillement, et se réveilleraient à l’arrivée. Je ne comprends pas pourquoi la SCNF ne l’impose pas d’ailleurs, c’est pourtant une idée tellement simple. Quant aux personnes qui dérangent leur voisin, on devrait tout simplement les faire descendre du train, dès que leur comportement est signalé (mais évidemment après avoir arrêté le train, bien sûr). C’est un peu sévère évidemment, mais si c’est à ce prix là qu’on pourra voyager en paix, je crois que c’est ce qu’il faut faire.

        • Marion 7 mars 2012 at 20 h 09 min - Reply

          En fait je crois qu’on a parfaitement compris ton propos dès ton premier commentaire. C’est pas nécessairement une raison pour venir te moquer de toute personne qui vient donner son avis en toute sérénité et sympathie.

        • Joris 7 mars 2012 at 20 h 13 min - Reply

          Soit tu manies l’ironie et le deuxième degré avec talent, soit tu tiens des propos à la limite du fascisme ma grande! (Et non, ça compte pas comme un point Godwin hein!)

          • Maéva 8 mars 2012 at 19 h 14 min -

            +1 Joris

        • Mogore 18 avril 2012 at 11 h 49 min - Reply

          Comme j’aimerais bien que les gens comme toi s’achètent une voiture, que je puisse prendre le train avec des humains qui ont compris que l’autre n’est pas l’ennemi et que côtoyer d’autres êtres humains signifie aussi avoir leur bruit (respiration, pages de magazines, reniflement, conversations), leur odeur (corporelle ou picnic).

  14. SingeA 7 mars 2012 at 10 h 14 min - Reply

    Faux problème. Mes enfants sont dans la cave, ils ne dérangent pas trop.

    • Fantômette 7 mars 2012 at 16 h 54 min - Reply

      Personnellement, comme je l’ai dit plus haut, je suis très tolérante, et même si je vous comprends, je vous trouve un peu sévère.
      Maintenant, c’est vrai que je ne connais pas votre situation familiale, et il est possible qu’en réalité, votre cave soit assez confortablement aménagée, et si elle est en plus correctement insonorisée, je comprends complètement votre raisonnement.

      • Maéva 8 mars 2012 at 19 h 12 min - Reply

        … non, je ne dirais rien…

      • Camille 14 mars 2013 at 13 h 05 min - Reply

        Jusque là je me suis dit: punaise la nana est absolument et totalement intolérante, à la limite de l’agressivité. Mais là j’ai tout compris: c’est de l’humour noir, impossible autrement. Et j’ai ris.

        (si c’est pas de l’humour, je ris quand même parce que c’est tellement border que ça en est drôle!)

  15. Marie 7 mars 2012 at 10 h 17 min - Reply

    Entièrement d’accord avec Mogore : si vous voulez qu’on vienne sans enfants, dites-le ! Personnellement quand je suis invitée par des amis, je leur demande toujours si je peux venir avec ma fille. S’ils disent oui, je suis pas censée deviner que ça veut dire non !

    Et pour les sans-enfants, vous savez, on remarque quand soudain on n’est plus invité nulle part et… c’est assez blessant. De même d’ailleurs pour les gens qui, apprenant qu’on a un enfant, se lancent dans de grands discours sur « c’est irresponsable de faire des enfants avec la pollution, le chômage, etc… ». Vous avez le droit de le penser, vous avez aussi le droit d’être un peu courtois ! Que diriez-vous d’un végétarien qui vous ferait la morale chaque fois que vous mangez un steak ?

  16. Eleanor 7 mars 2012 at 10 h 20 min - Reply

    Cet article va se transformer en un référendum « Pour ou contre la fessée »…
    Soyez raisonnables : personne n’aime la pollution sonore, ce n’est pas une raison pour déclarer « mauvais parents » tous ceux dont la progéniture ne joue pas sagement à un jeu de société dans un TGV…

  17. Lola 7 mars 2012 at 10 h 32 min - Reply

    J’ai entendu dire que la nouvelle « mode » en matière d’éducation c’est le « laisser faire ». J’avoue que c’est un peu effrayant.

  18. Tessa 7 mars 2012 at 11 h 17 min - Reply

    Han, j’ai envie de dire à certaines: Buvez un gin tonic, mes chéries.

  19. Harmless B 7 mars 2012 at 11 h 29 min - Reply

    Je trouve que l’auteur de cet article, plutôt éclairé, n’a pas abordé un sujet essentiel lorsque des enfants sont en jeu.

    Les parcs. LES PARCS.

    Je ne comprends pas du tout pourquoi l’attention de tout le monde est sûr le train alors qu’il y a quand même beaucoup de personnes raisonnables qui font partie d’un ménage dans lequel il y a deux voitures, voire plus, et qui n’utilisent jamais les transports en commun pour ne pas déranger les autres. En revanche, cette idée selon laquelle les parcs sont fait pour les enfants, je ne comprends pas. Et que je joue avec mes amis, et que je crie, et que j’appelle à l’aide…ad vomitum.

    Les enfants jouent TOUTE LA JOURNEE, et même s’ils vont à l’école, ne me faites pas rire hein… Les adultes qui travaillent ont d’autant plus besoin d’espaces verts pour SOUFFLER, admirer le vent qui fait bruisser les feuilles, prendre un bol d’air un peu moins pollué… et s’ils ont envie de faire un pique-nique avec des amis dans le bac à sable pour un petit air de plage, je ne vois pas pourquoi ils toléreraient des mioches qui envoient du sable sur les mini-quiches. Moi, ça me met hors de moi, cette façon de réserver des espaces juste pour les enfants, cette stigmatisation ANORMALE. Les gens qui envoient leurs enfants au parc avec leur nounous ne les voient de toute façon jamais, autant acheter une petite bicoque à la campagne et les retrouver pour les vacances ou les envoyer en pension en Suisse ou dans un autre joli cadre bucolique… Ca fera des êtres humains beaucoup plus équilibrés et heureux de tous les côtés.

    • Mogore 7 mars 2012 at 18 h 04 min - Reply

       » Les gens qui envoient leurs enfants au parc avec leur nounous ne les voient de toute façon jamais, autant acheter une petite bicoque à la campagne et les retrouver pour les vacances ou les envoyer en pension en Suisse ou dans un autre joli cadre bucolique… Ca fera des êtres humains beaucoup plus équilibrés et heureux de tous les côtés. »

      => je suis plus heureuse de travailler que pouponner à plein temps. J’ignore si ma nounou va au parc, je pense qu’elle n’y va pas très souvent.

      Par contre, j’ai vu des parcs avec 2 espaces : une aire de jeux pour enfants et de l’autre côté de l’allée une fontaine et bancs/espaces verts pour adultes.

      • Harmless B 9 mars 2012 at 14 h 25 min - Reply

        Oui, ça, ça pourrait aller surtout s’il y a un mur d’insonorisation entre les deux parties, ou mieux, une espèce de cage autour de l’espace de jeu des enfants, vous savez, comme pour les petits parcs à chien. Merci de votre indication, je vais suggérer cela à ma mairie.

        • Mogore 18 avril 2012 at 11 h 55 min - Reply

          Du moment que les gamins ne martyrisent pas les chiens du parc à chien :)

  20. Aurore Olympe 7 mars 2012 at 15 h 54 min - Reply
    • Lily 2 avril 2013 at 11 h 13 min - Reply

      Sympa l’article, mais j’aurais préféré si l’auteure avait un peu plus insisté sur l’aspect développement personnel et volonté d’indépendance (par rapport aux pressions sociales ou aux idées toutes faites par exemple) que sur les différentes étapes de la vie de l’enfant. N’hésite pas à partager si tu en as d’autres! ;)

  21. Mogore 7 mars 2012 at 18 h 05 min - Reply

    J’aimerais bien savoir comment VOUS étiez enfants, dans le train :-)

  22. Carla 8 mars 2012 at 1 h 18 min - Reply

    On dirait que les parents sont devenus allergiques à l’éducation! Mais j’ai plus l’impression qu’ils ne savent plus imposer leur volonté face à ce qu’ils appellent « des mignons p’tis bout’chous »! Mais on va quand même pas traumatiser Jean-Michel avec l’éducation! Que la société se débrouille avec quand il sera devenu incontrôlable et haïra la société si injuste avec lui en ne lui accordant plus les privilèges qu’il avait étant un enfant roi… Quand j’étais petite, il était rare de trouver des enfants hurlant dans un train ou courant entre les rayons des supermarchés… On m’avait éduquée à respecter les adultes et à rester sage. Je n’en suis pas morte!

    • Lily 2 avril 2013 at 11 h 21 min - Reply

      Je me demande moi aussi comment vont s’en sortir ses enfants rois dans la société de demain (ce qui est déjà bien compliqué pour nous aujourd’hui!).
      Je pense qu’ils passent tout à leurs enfants de peur de ne pas être aimés en retour! Mais c’est une grosse erreur! C’est justement les règles qui nous construisent et prouvent que nos parents tiennent à nous, même avec des interdictions et des punitions (on ne pensait pas ça quand on était enfant bien sûr!) Il est bien plus difficile d’interdire et de gronder que de tout laisser passer! (Nos parents ces héros :) )

  23. Fanny 8 mars 2012 at 14 h 31 min - Reply

    Globalement la seule personne avec qui je suis d’accord ici c’est Marion qui précise que les enfants qui font tout ce qu’ils veulent c’est chiant, quand y’a pas de respect d’autrui, mais c’est la faute du parent. Un enfant qui pleure, enfin un bébé plutôt, là par contre je suis plus mesurée. pour l’avoir vécu j’avais envie de le jeter par la fenêtre, mais ce qui m’a le plus énervée, c’était la maman gênée qui lui répétait « tais toi !! tais toi » et lui criait de se calmer j’avais envie de lui dire « donne l’exemple pauvre conne ». Et son stress a été pire à supporter que la pauvre gamine mal à l’aise et probablement malade qui devait souffrir plus que quiconque dans le wagon. Bref, parfois, on a pas le choix, un enfant petit, ça pleure. Mais dans l’ensemble ce sont la parents qui m’énervent le plus.

    • Tam 8 mars 2012 at 18 h 03 min - Reply

      Je suis tout à fait d’accord, les enfants testent les limites de leurs parents, si les parents ne disent rien, comment pourraient-ils eux-même se mesurer ?

      Une fois, au théâtre, une maman, un papa et deux enfants étaient devant moi. Tout à coup, la petite fille se met à hurler parce qu’elle s’est fait très mal au doigt. La pièce était bientôt finie, le père regarde la mère et lui dit un truc du genre « cette fois, c’est ton tour ». La mère ne comprenait pas pourquoi se serait son tour à elle alors qu’elle a très envie de voir la fin de la pièce. Du coup, elle a dit à sa fille de prendre son mal en patience, d’attendre 5 minutes, et que de toute façon, elle devait pas s’être fait bien mal.

      L’enfant n’est pas à blâmer, la petite fille a continué de pleurer (et malgré les souffles prononcés et les remarques, la mère n’en a eu que faire), mais pourquoi la petite fille se serait arrêtée alors même qu’elle avait probablement mal au doigt ?

      Assumer ses enfants et rester alerte quant au fait qu’ils puissent être pénible pour les autres (et pour eux-même), c’est un pas en avant vers le respect de l’autre et au bien-être de chacun.

  24. Maéva 8 mars 2012 at 19 h 17 min - Reply

    Sinon moi les enfants dans le train je leur demande poliment et gentiment de se calmer. Souvent, le parent s’excuse, et toujours le gamin se calme. Essayez, ça marche.

    Pour le reste: article vraiment super bien conçu. Ceci étant, je vois que ma soeur (maman d’un petit garçon d’un an) est vraiment pas une mère insortable!

    • Mogore 18 avril 2012 at 11 h 52 min - Reply

      +1
      Je parle à l’enfant, si je le peux. Je lui explique qu’il me gêne et pourquoi, et ce qu’il peut faire. Poliment.

  25. Caro 9 mars 2012 at 19 h 16 min - Reply

    Pour ceux qui n’ont pas d’enfant : ne jugez pas trop vite, quand vous le vivrez, vous comprendrez la position et parfois la fatigue des parents qui font comme ils peuvent et savent très bien qu’ils « dérangent ».
    Pour ceux qui ont des enfants : ne pas baisser les bras, ne pas céder, et se faire respecter. Oui nous sommes HS, sur les rotules mais c’est là qu’il ne faut pas baisser la garde :p

    Maman de deux adorables monstres!

  26. carine 12 mars 2012 at 13 h 57 min - Reply

    et bien…. les fauves sont lachés… il ne fait pas bon être parents chez P&C…. dommage :(

    • Flora 14 mars 2012 at 11 h 34 min - Reply

      Oh pauvres parents, c’est vrai qu’en France vous êtes particulièrement opprimés.

  27. Elune Panda 12 mars 2012 at 16 h 06 min - Reply

    Je me permets de reprendre une petite partie du commentaire de Caro (Attention Caro, je ne vous vise pas personnellement):

    « Pour ceux qui n’ont pas d’enfant : ne jugez pas trop vite, quand vous le vivrez, vous comprendrez la position et parfois la fatigue des parents qui font comme ils peuvent et savent très bien qu’ils « dérangent ». »

    Je ne juge pas et comprends très bien ce que subissent les parents. C’est dur. Mais il fallait y penser AVANT d’en avoir!

    Cette manie de croire qu’avoir un enfant, ça va être facile, beau, magnifique, avec des petites fleurs partout me sidère. Un enfant, c’est du temps, de la fatigue, des pleurs parfois et même des craquages.

    Et apprendre à son enfant à se taire dans les transports dès son plus jeune âge (attention, je parle de chahut, pas du nourrisson qui pleure parce qu’il a faim…) ne va pas lui faire de mal. Bien au contraire. Bizarrement, ça va l’EDUQUER!! faire de lui un être capable de vivre en société, avec respect.

    Personnellement, ma mère était extrêmement dure en ce qui concernait les voyage en RER et train : pas un bruit sinon une fessée. Elle faisait en sorte que je m’occupe et puis voila.

    Et bien bizarrement, je ne suis ni une enfant battue, ni une psychopathe dégénérée.

    Donc, je suis dure, mais vous l’avez voulu cet enfant. Assumez-le. Jusqu’au bout.

    Et arrêtez de faire de vos enfants des enfants-rois.

    ET surtout, je vous en supplie : arrêtez avec les « Vous verrez quand vous en aurez » : non seulement, c’est condescendant, mais en plus, qui vous dit que l’on en aura? Justement, quand on voit des parents, des cernes jusqu’aux fesses, incapable de gérer le petit dernier qui donne des coups de pieds à la dame en face et le plus grand qui chante à tue-tête, ben sachez le : ça ne donne pas du tout envie d’être parents.

    Je voulais juste recadrer un peu le truc parce qu’on ne dit pas que ce n’est pas bien d’avoir des enfants, mais que vous, vous en avez voulu, vous en avez eu. Mais ce n’est pas une raison pour nous les imposer.

    • carine 12 mars 2012 at 23 h 58 min - Reply

      on éduque les chiens…

      mes enfants, je les élève et élever, ça veut dire mettre au dessus de soi et j’espère que mes enfants seront mieux que moi en tous points. je tente de leur donner toutes les cartes pour arriver à être heureux et épanouis dans leur vie d’adulte.

      j’essaie de ne jamais dire à quelqu’un qui n’a pas d’enfant « tu verras quand tu y seras » mais ça me démange souvent.

      ce n’est pas de la condescendance, c’est juste qu’il est très dur d’être jugée comme vous le faites sur un sujet aussi sensible car tous les parents font leur maximum pour élever au mieux leurs enfants.

      après tous n’ont pas les mêmes principes… chacun fait comme il peut avec son propre bagage car on ne peut donner que ce que l’on a reçu…

      qu’il est facile de juger des personnes sur un sujet qu’on ne connait pas!

      c’est votre choix (ou pas) de ne pas avoir d’enfant mais que vous le vouliez ou non, vous ne savez pas ce que c’est alors ne jugez pas trop vite….

      • [Djo] 13 mars 2012 at 0 h 51 min - Reply

        Population mondiale en 1940 : 2.5 milliards
        2012 : presque 7millliards
        Estimation pour 2040 : 9 milliards

        Pas assez de travail et de logement, l’eau qui se rarifie… et visiblement il faut encore se justifier de ne pas vouloir d’enfant!

        Alors oui Carine, élevez-les bien haut vos enfants, ils en auront grand besoin!

    • Lily 2 avril 2013 at 11 h 23 min - Reply

      + 1 : J’approuve ce message :P

  28. ha ha ha! 13 mars 2012 at 16 h 25 min - Reply

    « Le monde n’est pas un forum Doctissimo » : ce que j’ai rigolé !! :D

  29. Capu 3 avril 2012 at 9 h 37 min - Reply

    Ce qui est rigolo, ou triste, c’est que globalement, les commentaires tombent complètement dans le travers que souhaitait désamorcer l’article… C’est probablement illustratif du fait que les enfants et la reproduction de l’espèce, ben c’est jamais complètement une histoire privée : la société toute entière est en jeu et s’en mêle… M’enfin, admettre l’existence de cette dimension collective n’empêche pas que d’avoir un pouillème de recul : on peut – penser- qu’on sait mieux que les autres (qui en ont, qui n’en veulent pas, qui auraient mieux fait de s’abstenir…), mais est-on vraiment obligé de l’asséner aux autres ?? Sais-t-on jamais, peut-être qu’on se trompe ?? Ou, soyons fou, qu’il n’y a pas de vérité en la matière ?? (PS : j’adore la référence à Doctissimo et au « gygy »).

  30. Gwen35 19 avril 2012 at 20 h 18 min - Reply

    Faire des enfants est foncièrement égoïste en fait, et décider de ne pas en avoir me semble plutôt courageux par les temps qui courrent…les temps où toute poussette croisée implique de se réfugier sur la chaussée, ou il faut supporter une conversation téléphonique entrecoupée de pleurs et autres « dis coucou à … ».
    Mais y’a moyen d’y échapper…et finalement, c’est assez rigolo d’essayer de faire sentir à la jeune maman que bon, p’têt elle exagère, là, quand toute personne passant à moins de 5m du marmot doit forcément arrêter toute activité ou conversation pour s’extasier….

    Signée, une maman au foyer de 3 (grands) enfants…;-d

  31. albane 7 juin 2012 at 8 h 39 min - Reply

    Fantomette elle est relou. Les trolls les plus courts sont les meilleurs.
    (ce message était sponsorisé par le comité des remarques pas constructives pour un sou)

  32. karine 8 janvier 2013 at 19 h 33 min - Reply

    @chaosnail

    Je pense que tu as raison. Ma mère m’a toujours dit que de toute manière quoi que tu fasses tes gosses auront toujours quelque chose à te reprocher. Et finalement quand on y pense bordel, on déforme nos corps de déesses pour ces petits nains ingrats, et on passe nos plus belles années à nous moisir la santé ? C’est simple je me suis rendue compte de l’injustice qui m’était faite une fois passée de l’autre coté du mur. J’ai un enfant et il y en aura qu’un. Je l’aime, il est drôle, et il est doux. Mais ça demande beaucoup beaucoup de travail…
    J’aime pas partager, j’aime notre famille à trois.

    Et tu sais quoi, tu n’es pas malade tu es juste lucide et tu as bien raison parce que finalement les couples sans enfants bah on les envie pas mal !

    JALOUSIE !

  33. Camille 3 octobre 2013 at 9 h 13 min - Reply

    Et beh …
    Effarant de lire les commentaires.
    Un peu de tolérance et d’ouverture d’esprit ne ferait pas de mal…
    Je n’ai pas d’enfant et n’en veux pas (pour des raisons plus que personnelles) mais je trouve le discours « anti-parents » de la plupart d’entre vous particulièrement odieux « donner la vie est égoïste » (mais oui et les child-free ils aiment ça aussi se faire traiter d’égoïste ?) « surpopulation mondiale et considérations pseudo-écologiste » (qui sont facilement démontables pour peu qu’on se donne la peine de se renseigner), lynchage, et j’en passe énormément…

    Si en tant que femme nous voulons avoir le droit de faire le choix de ne pas avoir d’enfant il serait peut-être de bon ton de commencer par respecter le choix des autres !

    (et puis merde, un peu de respect pour tous vos ascendants qui ont du faire des enfants afin que vous soyez là à cracher votre bile)

Leave A Response »